Conseil municipal du 12 décembre 2019 – Débat d’orientation budgétaire

Intervention à propos du débat d’orientation budgétaire par Ronan Pichon pour les élu.e.s EELV, UDB et LRDG.

Aujourd’hui de lourdes contraintes pèsent sur les finances de notre  collectivité. Ces contraintes viennent largement de l’Etat. Se permettant, lui, de présenter un budget non équilibré, ce dernier demande aux collectivités et aux organismes de sécurité sociale de compenser des mesures qu’il a prise, notamment suite à la crise des Gilets jaunes. Encore une fois, l’Etat utilise une stratégie régano-thatcherienne : creuser les déficits, en distribuant des exemptions fiscales ou des exonérations de cotisations sociales et y trouver un prétexte pour couper dans les dépenses d’aides et de solidarités. Résultats : un nivellement des systèmes de retraite vers le bas, des hôpitaux au bord de la faillite, des services publics qui ferment et s’éloignent de la population, des collectivités qui n’ont plus de marge pour agir avec certains services, ici aussi, à l’os ! En effet, cette obsession de  maîtrise des deniers publics se répercute majoritairement sur les “charges” (puisqu’on les appelle comme cela) de personnel.

Deuxième répercussion : On ne peut plus admettre que la vie associative soit considérée comme variable d’ajustement. Soutenir l’éducation populaire c’est aussi soutenir la cohésion sociale, la démocratie et l’implication de la population, et notamment des bénévoles, dans la vie de la cité. Soutenir les associations c’est reconnaître non seulement ce qu’elles font mais également de ce qu’elles sont.

La présentation du contexte budgetaire 2020 qui nous a été faite dans le document élaboré par les services des finances est très complet pour situer les éléments financiers qui contribuent à définir nos budgets futurs. Nous constatons que les finances sont saines, voir frileuses, alors que nous devons investir massivement dans la transition écologique et les solidarités.

A l’occasion de la présentation du compte administratif 2018, nous étions intervenus pour dire notre incomprehension de voir que les dépenses de la ville de Brest durant l’année 2018 étaient en baisse, notamment la partie correspondant aux salaires de nos agents, baisse qui continue cette année encore au vu des éléments présents dans le document. En parallèle,  l’endettement de la ville continue lui aussi à diminuer rapidement, jusqu’à devenir quasi-insignifiant.

Si nous nous en tenions aux éléments financiers, nous pourrions dire que la mission est accomplie, que le bilan est bon et que la situation est parfaitement saine.

Est-ce à dire que nous considérons que tous les besoins de notre ville sont satisfaits, que nos équipements sont dans un état parfait, que personne n’est en besoin d’une assistance, … ?

C’est pour cela que nous plaidons pour que soient posés dans le cadre de tout débat budgétaire les éléments qui permettraient de juger de la pertinence ou de la complétude de nos actions en nous basant sur des critères qui ont du sens : pauvreté, inégalités, éducation, … et que nous ne
nous limitions pas aux seuls éléments monétaires.

De même que au regard de l’importance des questions environnementales et au premier chef des émissions de gaz à effet de serre, il nous parait incontournable que toute discussion budgétaire fasse référence à un budget carbone de la collectivité qui serait débattu et voté en conseil au même titre que le budget financier.

Les élu.e.s EELV-UDB-LRDG
Ronan Pichon, Marif Loussouarn, Pierre Guezennec, Nathalie Chaline
Anne-Marie Kervern, Fragan Valentin-Lemeni
Christiane Migot

Pour marque-pages : Permaliens.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *