Conseil de métropole du 4 octobre 2019 – L’amélioration de notre réseau de transports en commun est un élément essentiel pour allier transition écologique, sortie du carbone et liberté de déplacement

Intervention de Ronan Pichon, vice-président au numérique, à l’économie sociale et solidaire et au développement durable.

Le résultat de la concertation pour un élargissement du réseau de transports en communs en site propre de notre métropole est éloquent, cet élargissement du réseau est plébiscité. Nous nous réjouissons de ce fait et mesurons le chemin parcouru depuis la concertation qui a abouti à la première ligne de Tramway de notre agglomération, alors que Marif Loussouarn était vice présidente verte aux transports. A l’époque, le sujet faisait moins l’unanimité. Maintenant, la preuve par l’usage de la valeur d’une ligne de tramway est faite, et l’amélioration de notre réseau de transports en commun est un élément essentiel pour allier transition écologique, sortie du carbone et liberté de déplacement.

La deuxième ligne de tramway, ainsi que la ligne de bus à haut niveau de service viendront contribuer à améliorer le service rendu à la population. La question de l’intermodalité reste toutefois un sujet sur lequel il reste des marges d’améliorations pour que ces lignes structurantes s’articulent au mieux avec les besoins quotidiens de nos concitoyen.ne.s et notamment en lien avec les mobilités actives.

La participation à cette concertation est le signe d’une attente très forte en matière de qualité du service de transports en commun. Il n’y a pas de secret, améliorer nos services de transport demande et demandera des moyens financiers importants. Autant pour réaliser les investissements nécessaires dans les prochaines décennies à la constitution d’un réseau dense et performant de transports en site propre à même de se substituer à un usage encore trop systématique de la voiture dans notre agglomération que pour assurer son fonctionnement au quotidien, ainsi que celui des lignes du bus qui le complètent et qui resteront nécessaires à l’avenir.

Nous ne devons pas oublier qu’un réseau de transports en commun de qualité repose également sur le maillage fin de notre agglomération des lignes de bus dont la fréquence des passages soit suffisante pour permettre des déplacements dans de bonnes conditions de confort et de durée.

Nous devrons lorsque nous, ou bien bien d’autres que nous, serons amené.e.s à décider des moyens alloués à notre réseau de transport ne pas oublier que des efforts considérables restent à produire, au delà des 2 lignes qui sont au coeur de la concertation pour allier liberté de déplacement et transition écologique dans les prochaines décennies.

C’est pourquoi nous affirmons qu’il nous parait incontournable de nous assurer que notre réseau de transport dispose des moyens financiers nécessaires, et que son développement et sa densification doit être une priorité, et traitée comme telle par celles et ceux qui auront à décider lors des prochaines mandats.

Pour marque-pages : Permaliens.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *