Conseil de métropole 28 juin – Révision du plan climat

A la lecture du diagnostic sur la qualité de l’air de la métropole nous ne pouvons que constater que, après le résidentiel pour lequel de grands travaux d’isolation sont menés, c’est bien le secteur du transport de voyageurs qui émet le plus de gaz à effet de serre avec 22% des émissions.

Le plan climat qui nous est présenté ce soir représente évidemment un pas en avant, déjà parce qu’il existe et que donc il témoigne d’une volonté d’agir en la matière, et parce qu’il a fait l’objet de nombreuses contributions de la part des associations et des citoyens engagés dans la démarche des citoyens pour le climat.

Cependant, si on veut réellement pallier aux émissions de gaz à effet de serre, principal responsable du dérèglement climatique planétaire, il ne suffit pas de prendre des mesures qui consisteraient à faire la même chose mais différemment. Il est temps d’engager un véritable changement systémique.

A titre d’exemple, il est nécessaire de sortir rapidement du système « tout voiture » créé par et pour la voiture à Brest. En résulte un partage totalement déséquilibré de l’espace public.

Les autres modalités de déplacement doivent être favorisées :

  • Par le développement d’infrastructures de transport en commun efficaces, pensées comme de véritables alternatives à la voiture pour les déplacements du quotidien pour toutes et tous.
  • Par l’articulation de ce plan climat avec la révision en cours du schéma directeur vélo.

En effet, rien ne laisse présager que cette nouvelle version sera orientée vers une véritable stratégie vélo pour la métropole. Alors que le gouvernement s’est fixé comme objectif national une multiplication par trois de l’usage du vélo pour atteindre 9% des déplacements en 2024, plaçant tout de même toujours la France seulement au 25ère rang en UE, Brest métropole n’affiche, pour l’instant, qu’un objectif peu ambitieux de 4%.

Alors certes, depuis quelques mois les choses bougent, les aménagements cyclistes augmentent, mais cette phase de concertation doit nous permettre de s’orienter définitivement vers un système vélo qui encouragera les Brestoises et les Brestois à utiliser de manière quotidienne, sécurisée et agréable ces aménagements.

D’ailleurs, si la métropole brestoise souhaite résolument s’engager sur cette voie nous osons espérer qu’il ne nous sera pas reproposé, dans les mois à venir, une autorisation pour des portes-ouvertes trois dimanches par an dans les concessions automobiles.

En tout état de cause, et plus largement, le document qui nous est présenté fait état « d’une situation de plus en plus critique » et d’un « enjeu crucial » pour notre planète. Si tel est le cas, nous pensons qu’il serait judicieux de présenter cette stratégie, de haute importance, devant les conseils municipaux des villes de la métropole, comme cela avait été le cas pour le projet d’intégration de la presqu’île de Crozon au sein de la métropole. Il nous semble qu’il s’agirait là d’un marqueur indiquant une volonté forte d’agir.

Les élu.e.s EELV de Brest métropole

Ronan PICHON, Nathalie CHALINE, Pierre GUEZENNEC, Yann-Fanch Kerneis

Pour marque-pages : Permaliens.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *