Conseil de métropole 28 juin – Non à la ferme usine !

La qualité de l’eau est un enjeu crucial. C’est non seulement une condition indispensable au bon fonctionnement des écosystèmes mais également à la satisfaction des besoins humains en eau, notamment potable. Nous le savons désormais, la ressource naturelle sera davantage vulnérable en raison du changement climatique avec pour conséquences une augmentation des coûts de production et d’assainissement qui seront immédiatement répercutés sur le consommateur.

La Région Bretagne s’est fixé comme objectif d’atteindre un bon état écologique de près de 70% des masses d’eau en Bretagne à l’horizon 2021. Cet objectif ne pourra pas être atteint si la qualité de nos eaux est constamment perturbée par les activités humaines.

Nous avons pu le constater cette année encore, le lac du Drennec, château d’eau du Finistère, subis  d’ores et déjà des pollutions entraînant une dégradation de la qualité des eaux s’y trouvant. Cette semaine, le préfet du Finistère a levé l’interdiction de pêche et de baignade. Ces activités avaient été suspendues depuis le 25 mai dernier, suite à la constatation d’une mortalité élevée de poissons.

Le projet de ferme usine de Commana, au cœur des Monts d’Arrée, à proximité du lac du Drennec, représente une nouvelle menace directe sur la qualité de nos eaux, avec une augmentation de presque 300% de son cheptel passant de 140 à 400 bovins.

Nous le savons, ce type d’exploitation exerce des pressions autant sur la quantité que sur la qualité des eaux environnantes. Les conséquences seront autant écologique (épandage, pollution de l’eau, augmentation de la consommation d’eau et de carburant), environnementales (trafic de camions, odeurs, gaz polluants…), qu’économique (augmentation du coût de traitement des eaux, impact sur l’activité touristique, perte d’attrait de la commune).

Ce lac est notre réserve d’eau potable, nous ne pouvons pas accepter que de telles activités s’installent à proximité. C’est d’autant plus grave qu’à l’avenir il sera plus difficile de faire les travaux nécessaires pour lutter contre les pollutions notamment bactériologiques puisque les agences de bassin se sont vu récemment ponctionner une partie de leurs finances.

Les élu.e.s EELV de Brest métropole

Ronan PICHON, Nathalie CHALINE, Pierre GUEZENNEC, Yann-Fanch Kerneis

Pour marque-pages : Permaliens.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *