Nouvelle PPE : un message décevant en direction des énergies renouvelables d’avenir

COMMUNIQUE de presse des élu.e.s EELV de Brest et Brest métropole

« Neptune favorise ceux qui osent. » 

C’est de cette manière que François De Rugy, ministre de la transition écologique et solidaire, a souhaité clôturer son discours aux Assises de l’économie de la mer qui se sont déroulées le 27 et 28 novembre dernier. Et pourtant. Pourtant, les engagements sont loin d’être aussi ambitieux qu’ils n’y paraissent, loin d’oser repenser notre modèle énergétique, basé encore aujourd’hui essentiellement sur une technologie dangereuse et non pérenne: le nucléaire

Visionnaire, la programmation pluriannuelle de l’énergie proposée par le gouvernement ne l’est pas. Encore une fois, les ambitions affichées de passer à une énergie totalement décarbonnée en 30 ans, passe par le mirage du nucléaire. Ce nuage, de plus en plus menaçant si l’on en croit les recommandations de l’Autorité de sûreté nucléaire, pèse toujours autant au-dessus de nos têtes. Le gouvernement repousse de nouveau la réduction de la part du nucléaire dans le mix électrique à 2035. Une échéance suffisamment lointaine pour ne pas en apercevoir son aboutissement.

Ces annonces démontrent une absence totale de confiance envers les nouvelles technologies développées dans le domaine des énergies renouvelables, et notamment de l’éolien en mer. Alors que les professionnels de la filière anticipaient un objectif à 3,2 GW produit par l’éolien en mer en 2023, la proposition du gouvernement ne représente que la moitié des recommandations, inférieure même à la celles de la dernière PPE. Il s’agit bien là d’un véritable renoncement au potentiel énergétique et industriel de cette énergie.

A Brest, la mer représente une part non négligeable de l’économie territoriale. Le Polder en est une démonstration, les infrastructures sont prêtes à recevoir les investissements nécessaires. Cependant, les objectifs du gouvernement ne permettent pas, aujourd’hui, de déployer cette filière et les nombreux emplois qui en découleront.

Tandis que rien n’est proposé pour taxer les entreprises les plus polluantes qui sont largement exonérées de taxes (ex. kérosène, fioul lourd), le gouvernement refuse, pour des raisons budgétaires, d’investir massivement dans ces énergies qui ne demandent qu’à être perfectionnées pour anticiper l’avenir. Comme le dit France énergie éolienne, « l’éolien en mer a été sabordé », alors que cette PPE devait être l’occasion de respecter enfin les engagements que la France a pris en 2015 avec la loi de transition énergétique et l’Accord de Paris sur le climat en matière de réduction des émissions de gaz à effet de serre.

Ces annonces sont extrêmement décevantes, elles rappellent que le gouvernement n’a aucune conscience de l’importance de la transition écologique, que ce gouvernement n’est pas capable de porter une stratégie industrielle ambitieuse en misant sur des technologies d’avenir. Enfin, cela démontre qu’il se fiche totalement de l’avenir de nos territoires et de ses habitants.

 

Les élu.e.s EELV Brest et Brest métropole

 

 

Taggé .Mettre en favori le Permaliens.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *